Les plantes dépolluantes : le fonctionnement

Nous avons tendance à considérer que nous sommes hors d’atteinte une fois dans notre maison, notre bureau ou notre appartement. Et pourtant, l’air contenu dans ces pièces est de loin plus polluant que celle qui circule à l’extérieur.

Les principaux accusés ne sont nuls autres que les multiples produits toxiques qui participent à l’embellissement de notre cadre de vie comme les peintures des murs, les parfums que les produits d’entretien, les désodorisants, et pour ceux ce qui cohabitent avec les imprimantes et photocopieuses dans les bureaux, le risque est davantage plus élevé.

Pour procéder à un renouvellement de l’air au sein de votre milieu, privilégiez l’option des plantes dépolluantes qui peuvent dans bien des cas constituer une solution efficiente et efficace pour vous aider à purifier l’air de votre maison. Il conviendra cependant de comprendre le mécanisme de fonction de ces plantes dépolluantes, pour ensuite explorer les différents types de plantes qui existent, avant d’explorer les faiblesses qu’elles enregistrent.

Comment fonctionnent les plantes dépolluantes ?

Les bienfaits de ces plantes ont été illustrés par plusieurs études dont la plus exhaustive semble être celle réalisée par la NASA. En effet, les plantes dépolluantes participent à purifier votre intérieur, par le biais d’un mécanisme assez complexe. L’air ambiant de votre maison est submergé de molécules toxiques que ces plantes absorbent pour les stocker dans leurs tissus et des fois les transforment en nutriments.

Ce mécanisme est assuré par les différents organes de la plante à savoir les feuille la tige et le tronc qui par le biais des stomates régulent la respiration de la plante avant de passer le témoin aux racines qui s’assurent de transformer ces molécules toxiques en nutriment. En réaction à cette procédure, la plante, par un processus de transpiration produit de la vapeur d’eau et qui par conséquent participe à humidifier l’air.

Quels exemples de plantes dépolluantes et leurs fonctionnalités?

Il existe plusieurs types de plantes dépolluantes, chacune avec ces particularités et ses atouts. Pour ce qui est de l’humidification de l’air de votre intérieur (bureau, chambre, appartement, maison), il est conseillé d’opter pour les plantes qui produisent de la vapeur à l’instar des photos, le gerbera…

Ces plantes sont efficaces pour contenir les molécules polluantes et contrecarrer efficacement l’électricité statique. Dans les milieux professionnels ou encore scolaires où la présence d’appareils électroniques est feutrée, les effets de ces plantes ne se limitent pas tout simplement à la dépollution, mais participent dans bien des cas à influencer positivement votre humeur. Pour contrecarrer l’action polluante des appareils ou autres dispositifs électroniques dans les écoles ou dans les bureaux, vous pouvez bien évidemment recourir à des plantes comme le cactus qui est efficace dans la mission d’absorption d’ondes magnétiques, ou encore les photos, le beaucarnéa, ou encore le philodendron rouge pour ne citer que ceux-là.

Est-il permis de parler de plantes dépolluantes ?

L’assertion en elle-même ne trouve aucune caution scientifique dans la mesure où des études ou « contre expertises » réalisées en 2010 par l’Ademe, refoulent avec énergie cette thèse qui n’est aucunement en phase avec les nouvelles formes de savoirs scientifiques, mais aussi du degré de pollution enregistré dans les habitations.