Les bâtiments à énergie positive : qu’est-ce que c’est ?

Les bâtiments à énergie positive (aussi appelés BEPOS) sont des bâtiments réalisés de tel sorte que leur production énergétique soit supérieure à leur consommation. Le calcul se base sur le bilan énergétique une fois le bâtiment finalisé mais ne prend pas en compte l’énergie utilisée durant sa construction. L’énergie excédentaire peut être revendue ou stockée afin d’être utilisé ultérieurement.

Le label Bepos Effinergie 2013

Le collectif Effinergie propose un label pilote appelé « Bepos Effinergie 2013 » dont les détails de calcul peuvent être consultés sur leur site. Le label impose au logement d’avoir un bilan énergétique inférieur à un seuil de tolérance (appelé écart autorisé).

Cet écart dépend de différents facteurs, ainsi un logement qui consomme plus qu’il ne produit être labelisé « Bepos Effinergie 2013 » dans certains cas (par exemple un bâtiment situé dans une zone climatique froide peut avoir une balance énergétique légèrement négative).

La mesure du bilan énergétique se fait sur une année pleine afin de lisser les mesures. Ce label sert de pilote à la RT2020 afin de préparer les acteurs du bâtiment et collecter des données afin de faire évoluer la future RT2020.

La Réglementation thermique 2020 (RT2020), qui s’appliquera à toute nouvelle construction en 2020 prévoit que les nouvelles constructions devront générer plus d’énergie que ce qu’elles consomment. Un groupe de travail étudie actuellement les modalités de cette labélisation en se basant sur les données collectées grâce au label Bepos Effinergie.

Principes de fonctionnement

Un bâtiment à énergie positive se base sur 2 principaux concepts :

La réduction maximale de la consommation énergétique qui peut s’obtenir grâce à différents à un cumul de solutions : systèmes de ventilation double-flux, triple vitrage, étanchéité à l’air, suppression des ponts thermiques, isolation…. On notera également l’impact des habitants dans ce bilan, une partie des économies d’énergie pouvant être réalisés grâce à la généralisation des éclairages à LED, du choix d’électroménager peu consommateur en terme d’énergie…

La production local d’énergie afin d’obtenir un bilan positive. Cette production peut se faire par différents moyens : panneaux solaires, pompe à chaleur, éolien…

Histoire

Entre 2008 et 2013, des chercheurs de nombreux pays participent à un projet visant à rendre commercialisable le concept de bâtiment à énergie positive

Le premier bâtiment à énergie positive à voir le jour en France est construit en 2000, il est situé à la Lyon dans le quartier de confluence.

En 2013, l’association Bepos dévoile son label BEPOS Effinergie 2013, visant à poser les bases de la RT2020.

En 2015, on recense environ 300 bâtiments à énergie positive en France.

La RT2020 (Réglementation thermique 2020), qui s’appliquera en 2020 prévoit que les nouvelles constructions doivent générer plus d’énergie que ce qu’elles consomment.